Les premières démarches

Le médecin référent
C’est la première personne que vous devez contacter. La plupart des généralistes disposent de « pré-tests » afin de détecter des symptômes avant-coureurs de la maladie. Ainsi, votre médecin pourra, selon son analyse, vous orienter vers des spécialistes, en consultation mémoire.
Les professionnels intervenant à domicile
Si un service de soin infirmier ou d’aide à domicile intervient déjà chez votre proche, ces professionnels constituent des interlocuteurs privilégiés. Vous pouvez leur faire part de vos inquiétudes et de vos questionnements. Ils vous apporteront leur expertise et vous orienteront vers des services spécialisés comme les consultations mémoire.
La consultation mémoire
Dès les premières suspicions de maladie, médecins référents ou infirmiers libéraux pourront vous orienter vers ce service. Associé à un hôpital, il vous proposera le diagnostic neurologique le plus précis. Vous pouvez également aller consulter ce service dans prescription préalable ; un lien sera fait avec le médecin référent, suite à la consultation.

 « Plus tôt  le diagnostic sera fait, plus la prise en charge sera efficace et simple. » (Nicole  Charpentier, directrice de Barr Héol, à Bréhan)
« Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les noter dans un calepin pour ne pas les oublier. Avant la consultation, faites un bilan de votre situation, et des informations dont vous avez besoin. » (Régine Méhat, formatrice)
Comment ça se passe ?
Le patient et son proche s’entretiennent par deux fois avec le médecin (gériatre ou neurologue) et le neuropsychologue. Ces derniers confrontent leurs résultats et les restituent aux patients. Des examens complémentaires (scanners, IRM…) peuvent être nécessaires. D’autre part, des propositions de suivi à domicile sont discutées avec les familles.

Un Guide
L’UNA(1) du Morbihan va éditer en novembre 2012 une brochure pour conseiller les familles et les intervenants de son réseau de services d’aide et de soins à domicile : AMPER, ASSAP Clarpa, AIPSH et CCAS de Lorient, Centre de soin Mutualité de Ploemeur, SEF d’Auray.
(1)L’Union Nationale de l’Aide, des Soins et des Services aux domiciles

EXTRAIT :  « Comment se comporter avec une personne désorientée ? »
Il/elle oublie régulièrement ce qui vient de se passer et une partie de ce que vous lui  dites
« Venez vous laver les mains avant de passer à table » ne peut pas être suivi des deux actions enchaînées »
Que faire ? Lui donner une information à la fois, sinon, la personne oublie et ne peut pas tenir compte des informations transmises. Lui montrer l’exemple de ce qu’elle doit faire en faisant soi-même les gestes. Plus vous placez la personne en situation de réussite, plus elle est calme, à l’écoute et confiante sur sa capacité de réalisation.
Pourquoi ? La maladie touche la mémoire de travail et la mémoire immédiate.

La personne se sent enfermée et quitte le domicile pour rentrer « chez elle »
« La personne veut rentrer chez elle… »
Que faire ? Expliquer que l’on comprend qu’elle veuille retrouver son ancien domicile et que le domicile actuel est la meilleure solution pour sa sécurité. L’aidant va faire diversion le plus tôt possible pour changer les idées de la personne. Il peut proposer une promenade qui fatigue et qui soit intéressante : fleurs, voisins, travaux de voirie.
Pourquoi ? La personne doit faire le deuil de ne plus habiter sa maison d’autrefois et c’est très douloureux. La famille peut aider en expliquant que le domicile actuel est la meilleure solution.